Mission au village flottant de Kompong Luong

Comme prévu, voici le récit de la mission que nous avaient confié Guillaume et Perrine. Nous sommes heureux d’avoir pu l’accomplir !

_DSC3575

Après Battambang, nous avons pris un bus qui allait à Phnom Penh et nous sommes descendus à mi-chemin à Krakor. Un village poussiéreux et pas du tout touristique où nous avons tout de même trouvé une Guesthouse (Paris). Tout ce qui a de plus basique et d’une propreté tout à fait relative…

Tant pis, nous dormirons dans nos draps sacs et maintiendrons nos amis les cafards géants (que nous avons surnommé Robert et Raymond puis Riri, Fifi et Loulou… et aussi Donald car il y en avait de plus en plus !) cloitrés dans la salle de bain.

Les affaires à peine posées, nous mangeons un morceau de ce que nous trouvons sur place (quelques fruits et des chips) et nous négocions un tuk tuk pour nous rendre au village flottant, à 2km d’ici. Mais ils nous demandent 10$ !! C’est beaucoup trop alors nous décidons de faire mine de partir, en espérant qu’ils nous rappellent pour baisser le prix, mais personne ne nous retient… Bon, nous continuons sous un soleil de plomb en essayant de trouver une solution sur la route. Heureusement, les gens d’ici sont toujours aussi sympas et nous sommes rapidement pris en charge par des habitants qui s’inquiètent de notre sort et nous dégottent 2 motos-taxis pour 3$. Nous partons donc à 3 sur les motos sur la route chaotique direction le petit port !

Plus nous roulons, plus nous nous rendons compte de la pauvreté du coin. Les gens vivent dans la poussière et dans les détritus qui jonchent les bords de route. Les vaches décharnées broutent les sacs plastiques, rien ne semble vivant, c’est la désolation… En arrivant au port c’est vraiment l’apothéose, les ordeurs ne donnent pas envie de rester très longtemps dans le coin. Les gars nous déposent devant un panneau quasi illisible où il est indiqué qu’il faut payer 13$ pour la « visite du village flottant ». Je tente d’expliquer que nous devons rencontrer l’instituteur de l’école, Mr Nguyen Viet Dat et je sors sa photo : tout le monde le reconnait, ils comprennent et nous proposent un bateau pour 5$ pour nous accompagner jusqu’à lui.

Après quelques minutes en bateau sur le lac, nous arrivons au village flottant et notre batelier nous dépose devant un batiment bleu et jaune dans lequel nous apercevons des tableaux blancs et des bancs. Une école qui flotte sur le lac !

Une dame très gentille, qui vit juste à côté, nous accueille, comprend notre requête et tente de joindre Mr Nguyen par téléphone. En fait, c’est un autre instituteur qui arrive et qui nous explique, avec un anglais très approximatif, que le monsieur que nous cherchons est reparti au Vietnam… Effectivement, ce village est composé de réfugiés Vietnamiens qui vivent ici depuis des générations (depuis les colonies françaises à priori !). Mais il est lui même instituteur au village, avec 5 autres professeurs.

_DSC3600

Nous expliquons donc le but de notre venue, montrons des photos de Guillaume et Perrine qui sont venus il y a 5 ans pour filmer le village et interviewer Mr Nguyen. Il les reconnait ! Nous montrons l’extrait du film sur l’ordinateur que nous avons apporté : il écoute attentivement l’interview de son collègue qui parle en Vietnamien et où il est question de trouver de l’argent pour acheter une pompe et un filtre pour purifier l’eau de l’école pour les enfants.

Nous lui remettons alors l’enveloppe contenant 200$, fruit d’une collecte d’argent effectuée par Guillaume et Perrine au retour de leur voyage. Nous avons bien sûr ajouté notre participation. S’en suivent quelques échanges, des photos, la tentative de lire le DVD du film que nous venons de leur donner (sauf que notre ordi ne lit plus les DVD…). Tant pis, nous revisionnons ensemble l’extrait du film. Tout le monde est très heureux 😉

Notre ami nous propose de nous ramener au port, après nous avoir fait faire le tour du village flottant. L’occasion pour nous de voir que c’est une véritable organisation, avec des boutiques, une église (catholique), un centre de soin… La pauvreté est quand même présente et la pollution de l’eau fait froid dans le dos, surtout que les enfants s’y baignent et la boivent sans retenue. L’eau est verte fluo par endroit, à cause du développement d’algues microscopiques duent à la pollution. Des plastiques et autres déchets non identifiés flottent à la surface, c’est glauque…

De retour au port, nous saluons une dernière fois l’instituteur et les 2 enfants qui nous ont accompagné. Et nous poussons notre cri de guerre pour fêter l’accomplissement de notre mission !

3 commentaires sur “Mission au village flottant de Kompong Luong

  1. MERCI MERCI !!! Oui, l’endroit est assez glauque quand on voit l’envers du décors, et l’accès compliqué, mais c’est aussi un vrai visage du Cambodge… et on retrouve des gens adorables et décidés à s’en sortir, pas tout seuls, mais avec leurs pairs!
    gros bisous et GRAND Merci

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s