Bain de foule à Ruteng !

Nous vous avons déjà touché 2 mots des étudiants en tourisme de Ruteng. Aujourd’hui nous avons visité leur école car nous les croisons tous les jours et ils avaient beaucoup insisté pour que nous passions les voir. Et comme nous les avons recroisé ce matin…

Nous avons donc pris une grande inspiration et nous nous sommes transformés en star du showbiz l’espace d’une heure. Dès que nous avons passé le portail de l’école, nous avons été summergé par les appels, les poignées de mains, les cahiers et stylos tendus pour obtenir nos signatures. Notre jeune guide Ronald nous a invité à le suivre dans une première classe où les élèves étaient ravis de nous accueillir afin de pouvoir nous poser des questions et s’entrainer à l’anglais.

Il fallait répondre à tous en même temps, ils étaient à la fois très excités et honorés de notre présence. De plus, c’était la première fois qu’ils recevaient la visite d’enfants donc ils étaient ravis 😉

Nous avons réussit à tenir le rythme sur 4 ou 5 classes puis le bruit, le fait de devoir constament pousser sur la voix, tendre l’oreille, parler en anglais en choisissant nos mots… Tout cela commençait à devenir épuisant. Et les zygomatiques commençaient à être franchement douloureux à force de sourire pour les selfy : c’est dur le métier de star !!

La preuve en images :

Amis voyageurs, si vous passez par Ruteng, faites leur ce plaisir : passer les voir à leur école, ils sont tellement adorables…

Indonésie

On paie en Roupies Indonésiennes : 150.000 roupies équivalent à peu près à 10 euros.

LOMBOK :

A Kuta, chambres chez l’habitant (homestay) entre 110.000 le bungalow pour 2 et 210.000 rp la grande chambre pour 4. Petit déjeuner inclus.

Plein de restos pour tous les goûts ! Pour un dîner pour 4, compter entre 250.000 et 400.000 en fonction de la gamme du restaurant. 5000 rp pour une bouteille d’eau, 45000 pour une grande bière.

Les accès aux plages et autres sites sont souvent payants (10000 ou 15000 roupies) mais on vous garde votre scooter.

Trajets : 300.000 rp pour une voiture privée (taxi) pour faire 2 heures de route. Exp entre Kuta et Tetebatu, au pied du Rinjani. Très peu de bus avec ligne régulière, il faut sinon prendre des minivans partagés.

A Tetebatu, nous avons payé 475.000 rp (soit 30 euros) la nuit pour une petite maison avec 2 chambres double et une salle de bain. Petit déjeuner inclus.

FLORES :

A Labuan Bajo, 550.000 rp pour 2 chambres très confortables, petit déjeuner inclus.

Trajet en bus avec Gunung Mas, 110.000 rp par pers. pour aller de LB à Ruteng. Petits bus confortables et climatisés.

A Ruteng, nous avons dormi chez les soeurs, au couvent Santa Maria Berucacita. Impeccable ! Très confortable, eau chaude et bons lits. Accueil très sympathique, silence… Nous avons très bien dormi ! 350.000 Rp la chambre, petit déjeuner inclus. Mais nous avons négocié le tarif car nous sommes resté 4 nuits…

Lombok !

Nous y voilà… Enfin !

Pour ma part, cela faisait parti d’un de mes rêves et ça fait 10 ans que je bassine Guillaume pour aller en Indonésie. Malheureusement, nous ne sommes jamais disponibles à la bonne saison et nous avions toujours du repousser le voyage.

En avril-mai, c’est la fin de la saison des pluies, tout est vert et il n’y a personne : saison idéale pour nous !!

Nous sommes arrivés le 25 avril à l’aéroport International de Lombok, avons fait un petit transfert jusqu’à Kuta. Nous sommes arrivés vers 21h et avons été adorablement accueilli à Husna Homestay par toute la famille qui nous attendait. On nous a même préparé un bon dîner à cette heure tardive 😉

Le lendemain, nous avons loué les scooters de la guest et sommes allés découvrir les plages magnifiques qui bordent Kuta (nous sommes partis vers l’Est, nous ferons l’Ouest la prochaine fois…). Et nous n’avons pas été déçu, c’était vraiment à couper le souffle et nous étions TOUS SEULS !

Depuis aujourd’hui nous sommes au pied du volcan Rinjani, à Tetebatu, dans un très bel hébergement (Hakiki Inn). Il n’y a personne… le grand jardin, la grande terrasse pour nous TOUS SEULS ! 😉

Demain, nous allons faire une petite rando avec notre hôte : rizières, cascades et plantation. Et peut être le singe noir de Lombok si nous avons un peu de chance…

Photos en vrac : Kampot

Nous venons d’arriver en Indonésie et avons passé notre première journée à Lombok : c’est magifique ! les photos arrivent bientôt…

Pour le moment, nous mettons un peu en vrac nos dernières photos de Kampot (Sud du Cambodge).

Tout d’abord, mention spéciale à Samon’s Village, la guesthouse où nous avons dormi (et mangé, miam !) pendant 5 jours. Super accueil, super séjour et le petit plus, on peut sauter directement de la terrasse pour nager dans la rivière :

Balade dans la « cathédrale verte » (louez votre kayak à Retro Kampot et laissez vous guider)

Petit tour au fameux marché au crabe de Kep :

Et la séance photos artistiques lors de la pause café, toujours à Kep :

Balade en bateau sur la rivière pour le coucher du soleil et voir les lucioles (la balade est vraiment jolie, en plus ils offrent les bières, par contre les lucioles, bof…). Le moment chaud et rigolo, le passage sous les ponts quand on est sur le toit du bateau !

Et juste avant de quitter le Cambodge, l’anniversaire de Robin (14 ans !) dans un bon restau italien à Phnom Penh. Avec uu vin blanc sicilien bien frais… Et les petits cadeaux de sa soeur 😉

Dans les préparatifs de notre voyage nous n’étions pas sûrs d’aller au Cambodge, et finalement, grâce à la mission de Guillaume et Perrine, nous nous sommes motivés.
Le bilan est largement positif ! nous avons adoré le pays et surtout ses habitants et cela malgrés les conditions un peu difficiles liées principalement à la chaleur (entre 34 et 38 degrés en moyenne) et nos bobos qui ont eu du mal à guérir. La climatisation à bloc dans les transports a causé quelques tracas à notre Nounette préférée. Nous avons du aller à la clinique à Phnom Penh car elle avait une otite plus une angine…

Bref le Cambodge ça se mérite mais c’est bien de ne pas venir à la saison la plus chaude 😉

Mission au village flottant de Kompong Luong

Comme prévu, voici le récit de la mission que nous avaient confié Guillaume et Perrine. Nous sommes heureux d’avoir pu l’accomplir !

_DSC3575

Après Battambang, nous avons pris un bus qui allait à Phnom Penh et nous sommes descendus à mi-chemin à Krakor. Un village poussiéreux et pas du tout touristique où nous avons tout de même trouvé une Guesthouse (Paris). Tout ce qui a de plus basique et d’une propreté tout à fait relative…

Tant pis, nous dormirons dans nos draps sacs et maintiendrons nos amis les cafards géants (que nous avons surnommé Robert et Raymond puis Riri, Fifi et Loulou… et aussi Donald car il y en avait de plus en plus !) cloitrés dans la salle de bain.

Les affaires à peine posées, nous mangeons un morceau de ce que nous trouvons sur place (quelques fruits et des chips) et nous négocions un tuk tuk pour nous rendre au village flottant, à 2km d’ici. Mais ils nous demandent 10$ !! C’est beaucoup trop alors nous décidons de faire mine de partir, en espérant qu’ils nous rappellent pour baisser le prix, mais personne ne nous retient… Bon, nous continuons sous un soleil de plomb en essayant de trouver une solution sur la route. Heureusement, les gens d’ici sont toujours aussi sympas et nous sommes rapidement pris en charge par des habitants qui s’inquiètent de notre sort et nous dégottent 2 motos-taxis pour 3$. Nous partons donc à 3 sur les motos sur la route chaotique direction le petit port !

Plus nous roulons, plus nous nous rendons compte de la pauvreté du coin. Les gens vivent dans la poussière et dans les détritus qui jonchent les bords de route. Les vaches décharnées broutent les sacs plastiques, rien ne semble vivant, c’est la désolation… En arrivant au port c’est vraiment l’apothéose, les ordeurs ne donnent pas envie de rester très longtemps dans le coin. Les gars nous déposent devant un panneau quasi illisible où il est indiqué qu’il faut payer 13$ pour la « visite du village flottant ». Je tente d’expliquer que nous devons rencontrer l’instituteur de l’école, Mr Nguyen Viet Dat et je sors sa photo : tout le monde le reconnait, ils comprennent et nous proposent un bateau pour 5$ pour nous accompagner jusqu’à lui.

Après quelques minutes en bateau sur le lac, nous arrivons au village flottant et notre batelier nous dépose devant un batiment bleu et jaune dans lequel nous apercevons des tableaux blancs et des bancs. Une école qui flotte sur le lac !

Une dame très gentille, qui vit juste à côté, nous accueille, comprend notre requête et tente de joindre Mr Nguyen par téléphone. En fait, c’est un autre instituteur qui arrive et qui nous explique, avec un anglais très approximatif, que le monsieur que nous cherchons est reparti au Vietnam… Effectivement, ce village est composé de réfugiés Vietnamiens qui vivent ici depuis des générations (depuis les colonies françaises à priori !). Mais il est lui même instituteur au village, avec 5 autres professeurs.

_DSC3600

Nous expliquons donc le but de notre venue, montrons des photos de Guillaume et Perrine qui sont venus il y a 5 ans pour filmer le village et interviewer Mr Nguyen. Il les reconnait ! Nous montrons l’extrait du film sur l’ordinateur que nous avons apporté : il écoute attentivement l’interview de son collègue qui parle en Vietnamien et où il est question de trouver de l’argent pour acheter une pompe et un filtre pour purifier l’eau de l’école pour les enfants.

Nous lui remettons alors l’enveloppe contenant 200$, fruit d’une collecte d’argent effectuée par Guillaume et Perrine au retour de leur voyage. Nous avons bien sûr ajouté notre participation. S’en suivent quelques échanges, des photos, la tentative de lire le DVD du film que nous venons de leur donner (sauf que notre ordi ne lit plus les DVD…). Tant pis, nous revisionnons ensemble l’extrait du film. Tout le monde est très heureux 😉

Notre ami nous propose de nous ramener au port, après nous avoir fait faire le tour du village flottant. L’occasion pour nous de voir que c’est une véritable organisation, avec des boutiques, une église (catholique), un centre de soin… La pauvreté est quand même présente et la pollution de l’eau fait froid dans le dos, surtout que les enfants s’y baignent et la boivent sans retenue. L’eau est verte fluo par endroit, à cause du développement d’algues microscopiques duent à la pollution. Des plastiques et autres déchets non identifiés flottent à la surface, c’est glauque…

De retour au port, nous saluons une dernière fois l’instituteur et les 2 enfants qui nous ont accompagné. Et nous poussons notre cri de guerre pour fêter l’accomplissement de notre mission !

Nouvel an Khmer à Battambang

Nous avons passé 2 journées très sympatiques à Battambang, entre bons petits restau, visites et nouvel an Khmer (qui dure 3 jours). L’ambiance de cette ville est vraiment agréable, les gens sont super gentils et attentionnés, nous avons passé un très bon moment.

Nous sommes arrivés directement en taxi (privé svp !) directement de Banteay Chhmar pour 60$ car nous étions tous bien fatigués : Robin avait une petite angine et moi une infection sous le pied qui me poursuit depuis le travail à la ferme. Nous avons donc débarqués comme des fleurs à Battambang, après 3 heures de route très confortable, directement à la Blue Guesthouse.

Le premier soir, un orage a éclaté alors que nous étions en train de boire un coup à « The Place » (que nous vous recommandons pour sa terrasse sur le toit avec plein de petites phrases écrites sur le lambris, ses bons burgers et le personnel ultra sympa). En 10 min de trombes d’eau, la rue était totalement innondée et impraticable – surtout avec une blessure au pied – impressionnant !

Nous avons donc un peu attendu avant de partir en tuk tuk faire un tour à la fête du nouvel an. En réalité, c’était une espèce de grande foire avec manèges et stands divers et variés, de la musique et surtout à manger. Il y avait également des constructions de fruits géants (genre ananas et citrons géants) faites uniquement avec des fruits, beaucoup de lumière et d’animation, mais aussi beaucoup de flaques et de boue ;-). Nous ne sommes pas restés très longtemps du coup…
Par contre, nous avons apprécié la gentillesse des gens une fois de plus, et le fait que nous étions les seuls blancs dans cette immense foule : tout le monde nous faisait des sourires et des petits coucou. Nous avons bien entendu eu droit à un arrosage en règle et du talc sur le visage, sans quoi ça n’aurait pas été un véritable nouvel an Khmer !

_DSC3488

Après une bonne nuit de sommeil dans notre grande chambre pour 4 (à 16 $ avec la clim, indispensable en ce moment vu la température extérieure), nous avons pris un excellent petit déjeuner au Expresso, un café juste à côté.
Alors que nous parlions du programme de la journée, une femme de type cambogienne commence à nous parler en français. En fait, elle vit à Paris et vient ici en vacances avec son mari et ses enfants, dans la famille de son mari. Nous commençons à discuter de tout et de rien avec Sarann puis son mari arrive. Il s’appelle Samol et il est très sympatique : nous nous rapprochons tous autour de la table pour mieux entendre ce qu’il a à nous dire. Car sa vie est un roman, comme pour beaucoup de cambodgiens qui ont vécu sous le régime des Khmers Rouges…

Cela fera l’objet d’un article à part entière, rédigé par Robin.

Son récit est très émouvant, d’autant plus qu’il raconte son histoire avec un grand sourire et beaucoup de chaleur. Nous nous quittons dans de grandes embrassades, il prend les enfants par les épaules et les regarde droit dans ses yeux rieurs pour leur donner quelques conseils et leur dire qu’elle chance ils ont de vivre dans un pays comme la France, pays qui l’a accueilli lorsqu’il a enfin réussi à s’enfuir et sauver sa peau à l’âge de 24 ans. « Il ne faut pas gâcher cette chance et bien travailler à l’école ! Vous trouverez un travail facilement et vous serez heureux ». Son histoire a beaucoup secoué les enfants qui boivent ses paroles en le dévisageant.

L’après-midi nous prenons un tuk tuk vers 15h pour nous rendre à 15 km de Battambang. Nous souhaitons aller voir les killing caves et la grotte des chauves-souris. Sur la route, la fête bat toujours son plein et nous nous faisons copieusement arroser (tuyau, bassines, seaux d’eau) et pinturlurer, Ariane et Robin sont aux anges : ils adorent cette ambiance très bon-enfant où tout le monde participe, petits et grands.

Arrivés à bon port, trempés mais heureux (ça rafraichit !!), il faut escaler une petite colline et marcher pas mal pour aller à killing cave, lieu de pélerinage en mémoire des 10 000 cambodgiens de la région de Battambang assassinés ou torturés et précipités dans un trou de 20m de profondeur (je ne m’étends pas, vous lirez l’article de Robin…).

Le soir venu, nous nous rendons à la grotte des chauves-souris. Nous sommes très nombreux à attendre le moment où elles vont sortir en longs rubans noirs ininterrompus pour chasser les moustiques à la tombée de la nuit. Le spectacle est effectivement assez incroyable.

Nous rentrons de nuit et arrivons une fois de plus trempés et plein de talc ;-). Après une bonne douche, nous finissons cette belle étape par notre restaurant préféré : Nary’s Kitchen ! (juste à côté du Blue Guesthouse). Ils font de la déliceuse cuisine et vous accueillent avec amour et bonne humeur…

_DSC3465

Happy New Year ! et à bientôt sur le village flottant de Kompong Luong où nous attend la mission que nous ont donné Guillaume et Perrine (voir les tous premiers articles « La mission »).

Banteay Chhmar

Pourquoi ce choix ? Pourquoi n’allons nous pas à Angkor Wat ?

Un sacré dilemme en réalité : je voulais y aller mais pas Guillaume. Pour ma part, il n’était pas envisageable d’aller au Cambodge sans passer par Angkor !.. Mais après d’âpres discussions suite au retour de nombreuses personnes (et lecture de blog de voyageurs), nous sommes tombés d’accord. Il faut savoir que le mois d’avril est LE mois le plus chaud pour venir au Cambodge (ça on s’en rend compte !!), visiter Angkor Wat est long, il faut plusieurs jours pour vraiment profiter du site. De plus il est très touristique, l’ambiance est un peu pesante et ça coute cher… Bref !

Nous avions jeté notre dévolu sur le site de Banteay Chhmar à 30 min de la ferme. Nous avons décidé (avec l’aide de Manou, notre guide préférée pour les voyages 😉 ) de passer 2 nuits sur place, en homstay, dans une famille cambodgienne. L’accueil a été très sympatique mais nous n’y étions que pour dormir, les repas étant prévus au CBT office un peu plus loin (très bons dîners et petits déjeuners par ailleurs…).

Hier matin, nous avons donc loué des vélos pour la visite des temples : ils sont juste de l’autre côté de la route et du bassin plein de fleurs de lotus qui entoure le mur d’enceinte. C’est un beau site Angkorien, qui ne vaut certainement pas celui d’Angkor mais qui donne un bel aperçu de ce à quoi cela a ressemblé à l’époque.

Le soir venu, comme nous avions encore les vélos, nous en avons profité pour faire une petite excursion dans la campagne cambodgienne au coucher du soleil. Enfin, on respire !

Une bonne douche, un bon dîner et au dodo, ventilo à fond. Heureusement, pas de karaoké en vue ce soir (le nouvel an Cambodgien et dans 2 jours et ils s’entrainent tant qu’ils peuvent…).

Demain, direction Battambang !

Dernière journée à la ferme

Après avoir fait notre dernière récolte de Butterfy Pea (il y en a de plus en plus !), nous avons terminé la rotonde sur laquelle nous avons travaillé plusieurs jours. Cela va devenir un endroit sympa pour se poser à l’ombre, discuter et faire la sieste juste à côté de la maison. Bravo à tous pour ce super boulot et notamment Luciane et Darin pour la dalle à la main !

Il fait toujours extrèmement chaud en journée donc nous passons facilement trois heures à ne rien faire après le repas. Long moment où nous faisons la sieste, des jeux tranquilles avec les enfants, des recherches sur la suite du voyage etc… souvent tous ensemble dans la grande salle commune ouvert à tous vents (enfin, quand il souffle !).

Je dois aussi m’acquiter de mon petit travail quotidien qui est de remplir les 10 grandes jars du jardin afin de pouvoir arroser le jardin le soir.

Enfin d’après-midi, nous reprenons le travail, et, après la séance d’arrosage qui monopolise tout le monde durant presque une heure, chacun avec son petit arrosoir ou son tuyau sur sa parcelle de jardin, arrive enfin l’heure de la vrai pause. Celle-ci est d’autant plus appréciée que les températures tombent un peu et qu’il y a souvent des bières fraiche en fin de journée !

Ce soir, c’est concours de pétanque :

Demain, nous partons direction Banteay Chhmar pour visiter lds temples de l’époque Angkorienne.

Alors bye bye Olivier et Darin ! (et Sovan, Arun, Caro et Kia bien sûr…). Bye aussi aux autres volontaires, et à bientôt pour ceux qui passeront nous voir à St Hilaire 🙂

Merci encore à tous pour cette super expérience qui restera un des points d’orgue du voyage…

_DSC3297 (2)

PS : n’ayant pas eu de réseau depuis quelques jours, cet article n’est posté qu’aujourd’hui. Nous nous en excusons…

Woofing : les photos !

Voici une petite sélection de photos (il y en a plein !!) de nos 3 derniers jours à Organikh Farm : https://www.organikh-project.com

Tout d’abord, le travail en équipe :

On creuse des trous, on fait des briques, on répare des murs, bref… on est toujours les pieds ou les mains dans la boue ! Mais tout cela se fait dans une excellente ambiance donc même si c’est parfois dur, surtout à cause de la chaleur, tout se passe bien. On est quand même contents quand sonne l’heure de la pause et on a encore suffisament d’énergie pour faire des jeux ensemble le soir 😉

Voici notre bungalow familial, magnifique et très confortable !

L’école des enfants est sur place. Ils ont des cours quasi particulier le matin avec 2 volontaires qui sont en stage ici pour 2 mois : Léa et Louise. Elles s’occupent d’Ariane et Robin mais aussi des enfants de la famille, Sovann 14 ans et Arun 10 ans. Les enfants ont donc le même âge et s’entendent bien. Et il y a aussi Caro, le petit neveu de 5 ans, trop mignon…

Un jour sur 2, les enfants du village peuvent venir pour 2 heures de cours d’anglais tous ensemble. L’ambiance est très animée mais tout se déroulle bien car ils ont très envie d’apprendre et d’être ensemble. Nous participons pour donner un coup de main mais c’est avec plaisir !

Et puis il y a les menus travaux comme la cueillette des Butterfly Pea et de Roselle pour faire du thé ou de la confiture (miam !)

Tous les soirs il faut également arroser les grand jardin mais ça va vite car nous sommes nombreux. Et après, nous avons un bon repas bien mérité et parfois même une bière bien fraiche ! 😉

Woofing au Cambodge

On y est ! Ca fait dejà 3 jours mais on a trop peu de connection pour écrire un véritable article avec photos et tout. Juste pour vous dire que c’est génial, nous sommes environ 15 volontaires et l’ambiance est très bonne.

Nous travaillons le matin à partir de 8h jusqu’à 11h30, ensuite il fait trop chaud. Pause repas et pause sieste jusqu’à 14h30. Reprise du boulot (nous sommes dans la boue jusqu’au cou, nous faisons des briques avec de la terre et de la balle de riz ou nous creusons dans la terre pour faire des réserves d’eau quand ce sera la saison des pluies) jusqu’en fin d’aprèm où on fini par l’arrosage du jardin.

Le matin, les enfants vont à l’école (ce sont 2 volontaires, Léa et Louise qui font l’école sur place pour les enfants qui vivent ici et qui parlent français car Olivier, le proprio est français). L’après midi, les enfants du village viennent suivre les cours en anglais et nous venons en renfort (avant la reprise du boulot) : aujourd’hui ils étaient 37 ! Nous avions bien besoin d’être 5 ou 6 adultes 😉 Mais ils sont surmotivés donc très bonne ambiance.

Voilà, j’ai fait très vite. Plus de news et de photos arriveront bientôt !